Dimension animale

La connaissance sensorielle, telle qu’elle est présente chez les animaux et chez l’homme au niveau sensitif, implique l'existence de puissances qui ont la capacité de cette connaissance. Ces puissances – selon la conception classique d'Aristote – sont : les sens externes (vue, ouïe, odorat, goût, toucher) et les sens internes (sens commun, imagination, instinct, mémoire). Dans l'impression, atteignant le sujet connaissant, les sens sont en mesure de relire l’information du sujet externe, qui est contenue dans cette impression. De cette façon, elle devient l’intermédiaire cognitif transparent.

Le niveau végétatif avec ses pulsions végétatives (de conservation et de développement de l’individu et de l’espèce) se joint avec la dimension sensitive par la puissance d'instinct et son réservoir – la puissance de l'expérience. L’information sur un objet particulier, qui vient des sens par lesquels le sujet est en contact direct avec la réalité, est évaluée – est-ce que cet objet est utile ou inutile pour le sujet.

La connaissance sensorielle est accompagnée par l’appétit sensitif. Ce qui est connu comme bon pour le sujet, est alors désiré par le sujet. Le début de ce processus est donc une passion, c’est-à-dire un mouvement de l'âme que nous appelons l'amour ou la prédilection. La passion contraire à elle est la haine (aversion). La prédilection crée le désir (appétit), qui étant accompli, se transforme en plaisir (délectation, joie). Les passions opposées au désir et au plaisir sont, conformément, le dégoût (répugnance, fuite) et la douleur (tristesse, déplaisir). Tous ces passions sont appelées les passions du concupiscible et sont le résultat d'une réaction spontanée du sujet sur une connaissance directe des sens.

Il existe cependant aussi des passions qui sont l’effet de l'impact de l'instinct et de la puissance de l'expérience. Nous les appelons les passions de l’irascible, parce qu'elles se rapportent à l'évaluation de l’utilité de l’objet pour l’organisme. Elles soutiennent les passions du concupiscible ou s'y opposent, en fonction de l'évaluation de l'instinct. Selon la théorie de Saint Thomas, il y a cinq passions de cette sorte : l'espoir, le désespoir, l’audace, la crainte (peur) et la colère.

d