Dimension noétique

La suprême dimension de l'âme humaine est la dimension noétique. Son existence est supposée par la recherche de la source de connaissance noétique (intellectuelle et intuitive). Il n’infère pas ici qu'il doit exister une nouvelle puissance spirituelle autre que la raison. Mais on montre la raison elle-même comme une fonction de l’intellect – la seule puissance cognitive dans l'homme. L'existence de cette fonction est le résultat d'une très faible lumière de l’intellect humain, qui n'est pas en mesure de « voir » intellectuellement de la manière propre aux êtres spirituels. Elle n’est pas capable, par exemple, de saisir par sa vue l’espèce des choses. L'intellect de l'homme « voit » qu'il y a une certaine espèce, mais il ne « voit » pas toute l'espèce entière à la fois, y compris tous les individus qui lui appartiennent.

Cependant, l'homme a l’intellect par lequel il « voit » parfois une certaine vérité sur la base de l'évidence. Il est capable de voir de façon intellectuelle et intuitive l'essence (l'âme) d’un autre homme. Cette connaissance est soustraite à la raison et est pour elle inexplicable. Elle ne peut pas être verbalisée, parce que la verbalisation est un processus de rationalisation, qui appartient à des activités propres à une autre dimension de l’homme.

Comme l'intellect tire spontanément la volonté, cette puissance est souvent appelée le cœur. La volonté ne se soumet pas ici au processus de décision, comme ce fut le cas dans la dimension de raison. Elle agit spontanément, sans hésitation. Suivant la vision de l’intellect, elle ne peut pas choisir autre chose (tant que l'intellect est considéré par le sujet comme vraiment celui qui « voit »), tandis que dans le même temps elle garde la liberté, parce qu'elle n'est pas forcée par quiconque. Au contraire, elle est aussi libre que possible, comme en témoigne l'expérience de beauté qui l’accompagne (voir l'esthétique).

d