Connaissance noétique

Le type le plus élevé et en même temps le plus parfait de la connaissance est nόesis – la connaissance intellectuelle, parfois appelée la connaissance du cœur. Cette connaissance permet d'atteindre directement la réalité intellectuelle. Grâce à elle, nous pouvons avoir un regard sur le monde de l'esprit, mais aussi sur le monde du sens spirituel de la réalité matérielle. Nόesis est une sorte d'intuition, non pas sensuelle, mais intellectuelle. C'est une sorte de vision qui ce qu'elle voit, elle voit avec évidence et certitude.

Quand il s'agit de l’homme dans sa nature, il dispose de cette vision d'une mesure très limitée. Comme Saint Thomas d'Aquin dit, l'homme est un être rationnel (ens rationale), parce qu'il utilise principalement la raison ; tandis que l’on pourrait dire d’un ange qu’il est un être intellectuel (ens intellectuale). L'intellect d’un ange, en effet, ne dispose pas de la fonction de la raison, car il connaît immédiatement, fiablement et infailliblement (dans les cadres de ce qui est naturel pour lui).

On pourrait dire que la connaissance intellectuelle est la connaissance d'une sorte de lumière spirituelle qui illumine la réalité, en donnant à l’homme une compréhension profonde. L’intellect voit la lumière avant qu'il ne soit en mesure d'exprimer cette vision à travers les mots. Nous avons affaire à ce genre de vision quand nous parlons de l'inspiration poétique ou artistique. L'artiste voit ce qu’il fait avant que ce ne soit exprimé par lui. Il a une sorte d'intuition et il est dirigé par elle.

L’intellect est situé dans le centre-même de l'âme. Les auteurs inspirés de la Bible, les Pères de l'Eglise, des philosophes (Pascal) ont appelé cet endroit le cœur. Les mystiques rhénans (Maître Eckhart, Tauler, Suzo) ont parlé du fond de l’âme (Seelengrund). Les platoniciens anciens l’ont appelé nous, ce qui peut être expliqué comme l’esprit. Saint François de Sales a écrit de la fine pointe de l'âme. Il s’agissait toujours d’une chose, de notre « moi » le plus vrai.

d