Prémisses de la pensée philosophique

Qu’est-ce que l’on peut dire de ce qui existe ? Est-ce qu’il y a un sens caché à la réalité ? Est-ce qu’elle a vraiment un sens ? Ou est-ce que ce sont plutôt nous qui projetons sur elle notre besoin du sens ? Pour répondre à ces questions, essayons de regarder le monde avec les yeux des premiers philosophes. Ce sont des yeux particuliers, inhabituels, non banaux. C’est en eux qu’est née la réflexion philosophique. Avant de trouver de bonnes réponses il fallait formuler de bonnes questions qui forçaient à une recherche authentique qui marquait notre culture occidentale. Comme dit Aristote : Ce fut l'étonnement qui poussa les premiers penseurs aux spéculations philosophiques. Mais qu’est-ce qu’il y a d’étonnant dans la réalité ? Les premiers philosophes, ils s’étonnaient de quoi ? Qu’est-ce qu’ils ont vu ? Qu’est-ce ils ont découvert ? Toutes ces questions restent valables pour nous aujourd’hui. Dans le monde que nous avons créé plus rien ou très peu nous étonne. Et pourtant nous, nous sentons que le renoncement aux grandes questions philosophiques nous mène vers une existence inauthentique, privée de sens propre, une existence de consommateurs qui ne savent plus chercher, parce que tout leur est donné.

Programme détaillé pour l’année 2015/2016
VILLECROZE
Maison Synodia Accueil
120 chemin du Colombier
Un samedi par mois
(9h30-12h30)
La cotisation (participation aux frais) – 20 euros/session
03.10.2015
07.11.2015
Platon
Et si la réalité était plus complexe… Il y a une partie totalement muable et changeable, après, une partie plus stable et plus immuable, ensuite, une partie encore plus parfaite. Ainsi on peut distinguer quatre dimensions de la réalité. Toutes les quatre constituent une hiérarchie. Le plus bas niveau est une imitation du plus haut niveau et il participe aux valeurs de ce dernier. La réalité la plus parfaite est le monde idéal qui seul existe vraiment (parfaitement). Tout le reste est son empreinte.
12.12.2015
16.01.2016
Aristote
Le niveau le plus haut est l’origine du niveau le plus bas, mais quelle est la vraie relation entre les deux ? C’est une relation causale. Ce qui est plus parfait constitue une cause de ce qui est moins parfait. Le premier est l’auteur du dernier et non seulement l’auteur, mais aussi le modèle et la fin. La réalité est construite d’éléments de différents degrés qui sont unis par des relations causales. Au sommet de cette construction se trouve l’Acte pur, l’origine de tout.
13.02.2016 Philon d'Alexandrie
L’Être suprême qui a été distingué par les philosophes grecs ressemblait au Dieu juif, tout-puissant, omniprésent, le Dieu qui existe depuis toujours et qui est unique. Pour unifier la vision philosophique grecque et la vision religieuse juive, il fallait attribuer à Dieu des puissances divines, à son Intelligence le pouvoir créateur. Il fallait interpréter la Bible d’une façon symbolique en traitant par exemple les anges bibliques comme des émanations de Dieu.
19.03.2016 Plotin
Dans le monde platonicien il y a au moins quatre niveaux de l’être, mais on peut y distinguer quelques hypostases (Un, Intelligence, Âme) qui se réfèrent à ces niveaux. L’homme peut retrouver en lui d’abord son âme et après l’Âme du monde, ensuite l'Intelligence et, au-delà de celle-ci, l'Un dont elle est issue. En cherchant son origine ultime, l'homme doit sortir de lui-même et atteindre une union mystique avec Dieu, ce qui se fait par la contemplation de Dieu dans l'extase.

d